Une jupe imprimée de petits poneys, associée à un pull mickey : méfiez-vous qu’avec ça on ne vous diagnostique pas le syndrome de Peter Pan  !  Car passé la trentaine, rien ne justifie plus le port d’oursons géants (avant non plus d'ailleurs, mais bon). Certes, cela s’inscrit dans la tendance ‘LOL-core’, ce phénomène bubblegum  survenu en réaction à la normalité du courant Normcore  : elle s’inspire des dessins animés et consiste à pratiquer l’autodérision en portant tout et n’importe quoi. Fun en théorie, mais agresse la rétine en pratique.
Ultra teenager. Le seul endroit légitime où l’on peut encore le porter sans sourciller c’est à la salle de sport. Sorti de ce contexte, il ne faudra pas s’offusquer si on vous demande vos papiers (au mieux) ou si on vous traite comme une adulescente attardée. Car si le hoodie (qui signifie voyou) était destiné à l’origine aux ouvriers des entrepôts frigorifiques de New York dans les années 30, c’est désormais le vêtement le plus répandu chez les ados.
Cette appréciation de l’état cardiaque se fait à partir d’un électrocardiogramme d’effort, seul capable de déceler un risque d’infarctus lequel constitue le danger majeur qui guette un « sportif d’occasion ». Ce bilan sera complété par des analyses sanguines. Avec ces différentes sources d’information, le médecin peut constater l’existence éventuelle de facteur de risque.
Grâce aux différentes options proposées sur les ceintures abdominales (intensité, programmes…), chaque personne peut ainsi travailler ses abdos à son rythme et ainsi éliminer la graisse du ventre. Côté utilisation, celle-ci est très simple et ne demande aucune connaissance particulière. Il suffit simplement de positionner la ceinture autour de votre taille, de placer les électrodes sur les zones du corps que vous souhaitez travailler, de choisir le programme et l’intensité (pour cette dernière, commencez doucement et augmentez au fur et à mesure).
Il n’est toutefois pas facile de modifier nos comportements. C’est un travail à long terme que d’arriver à se nourrir quotidiennement d’une façon plus équilibrée en respectant consciencieusement les valeurs de base pour une assiette idéale: légumes et fruits, protéines (animales et végétales), féculents (riz, pâtes, pommes de terre). «Il est indispensable que ce changement d’habitudes n’exige pas trop d’efforts et devienne petit à petit un réflexe, une manière de manger à vie», dit le médecin. C’est le plus sûr moyen de maigrir et surtout de ne pas regrossir, remarque le Dr Pataky, qui bannit carrément de son vocabulaire le mot régime. «Restrictifs, ils sont tous contraignants et frustrants.» Il est vrai que certains vous font perdre très vite du poids. Mais on y laisse principalement du muscle, et dès qu’on reprend ses mauvaises habitudes alimentaires, hop!, les kilos reviennent au galop, généralement avec un bonus à la clé… A oublier également les produits light, qui ne trompent pas le cerveau et se transforment en autant de pousse au crime, en aiguisant vos envies de sucre et de gras.
Le cycliste Marcel Wyss déclarait dernièrement : « Le plaisir est la condition de tout succès.» Votre leitmotiv est ici tout trouvé. Le but à 40 ans n'est plus la performance mais la joie de pratiquer. Vous devez vous dire : « J'ai 45 ans et je peux encore faire 20 bornes.» N'exercez pas dans l'ombre de vos exploits passés. L'important à cet âge est de pratiquer dans un état de bien-être tout en restant dans un bon équilibre respiratoire. Voilà les conditions de la réussite et d'une bonne santé.

Ces facteurs de risque peuvent être directement constatés par le sujet s’il ne triche pas avec sa conscience mais ils doivent être complétés par un examen médical approfondi chez un médecin compétent en matière sportive de préférence. L’essentiel de ce check-up doit porter sur la vérification du coeur, principale cible des agressions de la vie moderne.


Il faut aussi préciser, pour qu'il n'y ait pas de malentendu, que l'étude parle de se mettre au sport à 40 ans, mais elle ne précise pas qu'il faut continuer jusqu'à 60 ans, et même après. Cela devait paraître évident aux chercheurs, mais j'insiste sur le fait que se mettre au sport de 40 à 41 ans ne servira à rien, car on perd très rapidement les bénéfices d'une activité physique. Un arrêt de deux semaines ou un mois peut suffire à vous faire revenir à votre niveau d'origine.
Je suis nouvelle sur ce forum et je me dirige vers vous car j'ai pas mal de questions. Je n'ai jamais été une grande sportive mais depuis quelque temps j'ai décidé de m'y mettre et très régulièrement depuis 20 jours. Je pèse 71kg pour 1m67, je fais ça pour me renforcer psychologiquement, pour me sentir bien dans ma peau et aussi pour perdre du poids. Mon programme est deux séances de footing par semaine (lundi et jeudi) je cours en moyenne 40mn pour 8,5km et deux séances de piscine (mardi et vendredi) ou je nage la brasse pendant également 40mn. En parallèle, je fais des séances d abdos environs 4 fois par semaine. Mon corps tout doucement commence à changer, vraiment très très légèrement, je ne m'attends pas à des miracles très rapidement. Et comme je l'avais lu... Le poids sur la balance augmente ! J'ai déjà pris 1kg alors que je fais très attention à ce que je mange. Ma question est la suivante, est ce qu'un jour ce poids va diminuer ? Certes je préfère prendre du poids et voir mon corps s'affiner, mais j'aimerais avoir un IMC dans la normale aussi.... https://www.youtube.com/watch?v=jqOK2hsCKRM
×