Si vous vous laissez envahir par vos émotions, cela pourrait avoir un impact sur votre poids et votre mental. Les chercheurs de l’Université Brigham Young ont constaté que les femmes d’âge moyen qui avaient une santé émotionnelle « peu positive » étaient 59 % plus susceptibles de prendre plus de poids que les femmes qui se sentaient plus heureuses.
Le premier type correspond au cas le plus grave puisqu’il peut être à l’origine de maladies cardiovasculaires. L’aspect de votre ventre ne permet pas de déterminer le type de graisse dont vous souffrez. Seules des analyses médicales permettront de le savoir (prise de sang, mesure de la tension artérielle…). Si les médecins vous diagnostiquent ce syndrome métabolique, il est fortement conseillé de changer ses habitudes et d’opter pour une hygiène de vie plus saine.

Il n'y a pas d'âge pour se mettre à la musculation ! La preuve, de plus en plus de personnes, âgées de plus de 40 ans, se tournent vers cette activité pour se remettre en forme. Pourtant, il en existe encore beaucoup qui hésitent, souvent parce qu'elles sont freinées par des préjugés ou simplement parce qu'elles ne savent pas bien comme s'y prendre. La peur de se faire mal, d'avoir l'air ridicule, de ne pas obtenir de résultats, voici quelques exemples de ce qui peut les empêcher de sauter le pas. Cet article va démonter tous ces préjugés et vous expliquer comment bien commencer la musculation après 40 ans.
Le corps se déshabituera évidemment à l'effort en cas d'arrêt ou d'irrégularité, d'autant plus si l'alimentation ne suit pas. Pour ne plus voir apparaître la graisse chassée, il faut évidemment rester fidèle à ses objectifs. Pour ce faire, une fois que les résultats sont là, on adapte la pratique à son rythme. « Rien n'empêche certain(e)s d'aller courir une à deux fois par semaine durant une demie-heure et d'effectuer en parallèle son circuit de 15 minutes chaque jour », indique la Karine Hellebuyck. https://www.youtube.com/watch?v=mDHGaU_jGrQ
×