La graisse viscérale est parmi les plus difficiles à éliminer. Cette zone est très résistante et prend généralement beaucoup plus de temps que les autres parties du corps pour s’affiner. Ces dépôts de graisse sont source de complexes pour certains, mais peuvent aussi avoir des conséquences néfastes sur la santé. Ils peuvent notamment augmenter les risques de maladies cardiovasculaires, de cholestérol, d’hypertension artérielle et de diabète de type 2.
Ne mangez plus après un certain moment de la journée. De nombreuses personnes arrivent à perdre du poids avec un régime programmé. Cela signifie qu'ils décident de ne plus manger après une certaine heure, en règle générale après 19 ou 20 heures. En général, la consommation d'aliments le soir est la plus nocive, car la télévision est allumée et les amis viennent à la maison. Cela peut être difficile d'un point de vue émotionnel, mais vous verrez les résultats.

Tenez un journal alimentaire. La plupart des gens ont tendance à sous-estimer ce qu'ils mangent en une journée. Faites-vous une évaluation honnête de vos habitudes alimentaires en mettant par écrit tout ce que vous consommez pendant une semaine. Recherchez un compteur de calories en ligne et rendez-vous compte à peu près combien de calories vous consommez dans une journée. À partir de là, voyez ce que vous pouvez vous permettre de supprimer. https://www.youtube.com/watch?v=RRltB2yDKfk

Tarte aux cerises : essayez une "tarte bonne pour le cœur". Une étude présentée récemment a montré qu'une alimentation composée de la tarte aux cerises a permis de réduire l'adiposité centrale (partie grasse autour de votre taille) ainsi que l'inflammation et les triglycérides (des facteurs de risque connus pour le diabète de type 2 et les maladies cardio-vasculaires) chez les rats.
Cette question s'adresse aux personnes qui étaient jusque là sédentaires ou qui ont interrompu une pratique sportive depuis plusieurs années. Et en effet, à cet âge, le corps commence à se modifier, l'embonpoint se manifeste et les risques pour la santé sont pris très au sérieux. Rien d'étonnant à ce que les quadragénaires soient pris d'une frénésie sportive. Quelques précautions sont toutefois nécessaires.
- La durée et l’intensité des séances doivent aller crescendo.Au début, les séances de sport peuvent ne durer que 15 minutes. Si l’effort semble insurmontable, c’est normal. Au bout de 3 semaines, on s’habitue et on en redemande.- On ne s’entraîne ni le ventre vide ni le ventre plein.- On choisit une discipline qui nous amuse. Sport, ça doit rimer avec plaisir.
Charles Lamontagne a choisi de miser sur la répétition et la rapidité afin d'accroître la capacité cardiovasculaire. Ainsi, il suggère de limiter les pauses entre et pendant les exercices. Au début, exécuter le programme devrait prendre une trentaine de minutes, période d'échauffement incluse. Après quatre semaines, la routine devrait être effectuée en une quinzaine de minutes. Ce sera alors le temps de changer de programme pour progresser.

Au programme, notamment, un électrocardiogramme permettant de dépister d’éventuels problèmes cardiaques vous évitant grandement un infarctus. Lors d’un test d’effort sur vélo stationnaire ou tapis de course, le cardiologue analysera en direct l’état de votre cœur. Toute une série de mesures seront prises en direct (tension artérielle, rythme cardiaque, activité électrique du cœur). Pendant ce temps, on vous demandera d’augmenter progressivement l’intensité de votre effort.


Continuer à manger des féculents à chaque repas : pâtes, riz, pommes de terre ou pain. Ils procurent un sentiment de satiété et apportent l'énergie dont vous avez besoin, ainsi que des fibres. En revanche tout ce qui les accompagne est à limiter : sauces grasses, beurre, fromage, crème fraîche, etc. Il faut donc consommer ces féculents seuls ou avec un assaisonnement sans sucre ni sans matières grasses ;
L'épreuve d'effort est également indispensable à la pratique de sports assez intenses. Elle permet de dépister précocement une maladie cardiaque débutante. L'épreuve consiste à pédaler sur un vélo tout en enregistrant un ECG et en mesurant la pression artérielle. La résistance opposée au pédalage augmente progressivement et le patient doit donc forcer de plus en plus. On peut ainsi voir si l'effort risque d'entraîner des troubles du rythme cardiaque, un état de pré-infarctus ou une hypertension artérielle.
Sauf que cette année, j'ai décidé de vérifier par moi même si c'était le cas pour toutes les mutuelles. Et là surprise : en comparant le prix de ma mutuelle à d'autres, et ce pour des niveaux de garanties strictement équivalents, je constate une différence de tarif SIGNIFICATIVE (et ce même pour des mutuelles connues, je ne parle pas ici de nom inconnu). https://www.youtube.com/watch?v=2t7GE9i2gLc
×